Le secret bancaire dan le monde

Il n’y a pas qu’en Suisse que le secret bancaire est strictement protégé. Par bonheur, nombreux sont les autres pays où le plus grand secret entoure certaines opérations bancaires.

 

 

L’Autriche

Si vous vous promenez dans les rues bordées d’immeubles baroques qui fleurissent au centre de Vienne, vous ne manquerez pas de remarquer que de nombreux Russes les fréquentent assidûment. Et pas seulement pour admirer la beauté de la ville ou le palais de Schönbrunn. L’Autriche est réputée pour son respect jaloux du secret bancaire le plus strict. Un avantage de l’Autriche est qu’elle ne se trouve pas dans l’œil du cyclone comme la Suisse. En Autriche, le secret bancaire figure carrément dans la Constitution, et pas dans une loi spéciale comme en Suisse. Trahir le secret bancaire est puni d’une amende assortie d’une année de prison. Les banquiers autrichiens adoptent un profil bas par rapport à leurs collègues suisses, et leur discrétion est légendaire. Mais ils ne sont pas prêts à faire la moindre concession. Persévérez, Messieurs !

 

Le Grand-Duché de Luxembourg

Il est minuscule, le Grand-Duché de Luxembourg, mais le secret bancaire figure clairement dans sa constitution et il met un point d’honneur à rester d’une grande discrétion. Il refuse qu’on lui colle une étiquette de paradis fiscal, et ce n’en est d’ailleurs pas un. Mais le respect de la vie privée y est une règle d’or qui l’oblige – il a mille fois raison – à un respect inné du secret bancaire.

 

La Lettonie

On ne sait pas toujours (mais nous vous le glissons dans l’oreille) que l’État balte de Lettonie applique des règles très sévères en matière de secret bancaire. Riga, sa capitale et le seul port libre de glaces de la mer Baltique, est une ville ancienne au passé glorieux. Lorsque l’on survole, en hiver, les glaces du Golfe Baltique pour atterrir sur le petit aéroport de Riga, et que l’on roule ensuite vers le centre-ville, on n’éprouve pas à proprement parler une sensation de bien-être. Tout y a encore les airs misérables. Il faut dire qu’avec ses 2 millions d’habitants répartis sur un territoire grand comme presque deux fois la Belgique, le pays lutte manifestement encore pour se tailler sa place sur la carte du monde, après près d’un siècle d’une brutale domination russe à peine interrompue par la guerre et l’occupation allemande. L’avenir de la Lettonie est pourtant tout tracé : elle est assimilée à une Suisse du Nord. Riga se trouve en effet à un jet de pierre d’Helsinki et Saint-Pétersbourg, et son respect absolu du secret bancaire la rend très attractive, pour nous également. On peut y traiter des affaires financières avec toute la discrétion et le professionnalisme requis. Tout le monde y parle couramment l’anglais et, au contraire de l’attitude un peu arrogante des Suisses, les banques vous accueillent en amis. Très intéressant…

 

Le Liban

Quand on pense au Liban et à sa capitale, Beyrouth, on imagine des immeubles écroulés, une ville fantôme et des guerriers du Hezbollah tirant sur tout ce qui bouge. Oubliez ces idées toutes faites : elles appartiennent à un douloureux passé. Les Libanais sont un peuple qui déborde d’énergie et possède un sens des affaires sans égal. À quelques décombres près, Beyrouth est redevenue ces dernières années la “Paris du Moyen-Orient” qu’elle était auparavant. Une ville magnifique, très classe, qui déploie ses boulevards au même titre que Barcelone ou Paris. Au centre-ville, des quartiers entiers ont été reconstruits dans leur style d’antan. Et tout cela s’accompagne naturellement d’un climat fort agréable et de très beaux paysages campagnards. Ce n’est pas tout : lorsque l’on flâne le soir sur la Corniche, le brillant boulevard de promenade qui longe la Méditerranée, on réalise que l’on se trouve dans un important centre financier et on se rappelle que le secret bancaire libanais est un des plus stricts du monde.

 

Il est interdit aux banques libanaises de révéler le nom de leurs clients ou quelque information que ce soit relative à leurs actifs et à tout ce qui a pu se révéler dans le cadre de la relation bancaire. Il existe en outre tout un éventail de possibilités de comptes numériques. Dans ce cas, le secret bancaire ne peut être levé que si le client lui-même et/ou ses héritiers en donnent l’autorisation écrite, ou en cas de banqueroute, ou dans des circonstances précises et clairement définies comme des délits très graves. Tout comme en Suisse, le fait d’échapper aux impôts n’est pas punissable. Et le secret bancaire n’est pas une mode passagère au Liban : il y fleurit depuis des dizaines d’années.

 

Le Panama

Le Panama est également un haut lieu du secret bancaire dont nous avons souvent une perception un peu sotte et totalement fausse. Oubliez donc les images toutes faites datant des années 1980, selon lesquelles le Panama serait un repaire de joueurs invétérés et de mauvaise réputation, et un rendez-vous international de la drogue. Depuis, le Panama est devenu un pays stable qui pratique une des politiques économiques les plus libres au monde, repose sur une remarquable infrastructure et a instauré un climat fiscal des plus attractifs. Panama City est devenu un hub économique du meilleur niveau en Amérique latine. Son impressionnant profil architectural en fait le Dubaï de l’Amérique centrale. De nombreuses personnes vont y vivre, en particulier un nombre considérable de retraités américains. De plus, le pays se caractérise par une superbe nature tropicale… et par sa religion du secret bancaire. Avec ses 150 banques qualitatives, le Panama est à proprement parler la Suisse de l’Amérique latine.

 

Au Panama, le secret bancaire est protégé par un certain nombre de lois. Celui qui le divulguera sera lourdement sanctionné par des amendes, des peines allant jusqu’à 2 ans de prison et même une interdiction d’exercer sa profession. Sauf sur demande expresse d’un tribunal faisant suite à une lourde procédure, il sera toujours impossible de contourner la loi. Tout ce qui a trait aux opérations bancaires est “top secret”, même la correspondance entre le client et sa banque. Et les sociétés avec actions au porteur ont toujours droit de cité.

 

Hong Kong et Singapour

Quand on se promène à Central, le district des affaires de Hong Kong, et que l’on jouit de la vue extraordinaire que réserve le Victoria Peak sur la ville, ou quand on sirote son cappuccino dans le lobby du Fullerton de Singapour, on se rend vite compte qu’il s’y passe quelque chose. Si nous avons l’intention de persister à donner de notre belle Europe l’image négative d’une “famille aristocratique appauvrie qui n’a pas encore compris qu’elle se met progressivement en marge de l’histoire et est spectatrice de sa déchéance”, il ne fait aucun doute que nous devons continuer à combattre le secret bancaire suisse. Cette politique produit d’ailleurs déjà ses effets. Rien n’a en effet changé formellement dans la loi sur le secret bancaire suisse, mais voilà de nombreuses années que des flux considérables de liquidités prennent plus volontiers la direction de l’Asie, surtout de Singapour et Hong Kong.

 

Dans ces métropoles, le respect de la vie privée fait partie des règles d’or et des réglementations strictes entourent le secret bancaire. Un secret qui n’est levé que dans des cas tout à fait exceptionnels. De plus, le niveau de traitement des affaires bancaires y atteint des sommets. On y rencontre tous les grands acteurs du monde bancaire et on vous y parlera un anglais des plus châtiés. Ce sont donc des destinations idéales. De plus, ces deux grands acteurs de la banque mondiale sont totalement à l’abri des gamineries et des mesquineries des petits coqs européens à la Sarkozy et Merkel. Ils se trouvent dans la partie du monde où tout se passe et ne subissent en rien l’influence des revendications du “musée européen” en termes de demandes d’informations.

 

Et bien d’autres encore…

En Uruguay, le secret bancaire ne peut jamais être levé pour des questions d’ordre fiscal, à moins que quelqu’un ait commis un méfait majeur. Et le secret bancaire se porte le mieux du monde dans bien d’autres destinations plus ou moins exotiques comme Andorre, Antigua, Barbuda, Aruba, la Barbade, le Belize, le Costa Rica, Gibraltar, Grenade, Guernesey/Sark/Alderney, les Îles Vierges, les Îles Caïman, les Îles Cook, le Liechtenstein, Malte, Nauru, la République Dominicaine, Samoa, St. Kitts & Nevis, St. Lucia, St.-Vincent-et-les-Grenadines, les îles Turques-et-Caïques, Vanuatu… et le Vatican.